Budget 2017
Les informations sur le budget et les taxes pour l'année 2017 sont maintenant disponibles : cliquez ici >>
Réunions du conseil : le tableau des rencontres pour l'année 2017 est maintenant disponible : cliquez ici >>
Calendrier 2017 des collectes - Ordures et recyclage :
cliquez ici >>
.

L'histoire de la municipalité d'Egan-Sud

 
Cartes du du canton original d'Egan.
Pour un agrandissemnt de la carte : cliquez ici.
Pour un agrandissemt très grand format : cliquez ici
 
La municipalité d'Egan-Sud a été créée en 1920, à la suite du démembrement de la municipalité du canton d'Egan qui avait été érigée en 1881.

Ce démembrement avait aussi mené à la création des municipalités de Bois-Franc et de Montcerf. À cette époque, l'actuel quartier Christ-Roi de la Ville de Maniwaki faisait partie de la nouvelle municipalité d'Egan-Sud.

Le canton d'Egan avait été proclamé en 1864 et on lui avait donné le nom de John Egan (1811-1857), un marchand de bois originaire d'Irlande et arrivé au pays en 1830.

Propriétaire de concessions forestières importantes localement, il cumula entre autres fonctions celles de juge de paix, d'officier de milice, de fonctionnaire et de député à la Chambre d'assemblée de la province du Canada, de 1847 à sa mort. Il mourut presque ruiné en raison des difficultés que le pin rouge a connues.

En 1863, on dénombre une population de 140 personnes dans le canton d'Egan, la plupart d'origine irlandaise et presque toutes catholiques.

La Pointe du Désert

Les premières activités commerciales du nord de la Haute-Gatineau ont débuté à la Pointe au Désert, dans le canton d'Egan, un secteur situé aujourd'hui là où la rue Beaulieu, à Maniwaki, s'approche de la rivière Gatineau.

La compagnie du Nord-Ouest s'y était installée et avait envoyé le personnage le plus connu de l'histoire de l'Outaouais, Jos Montferrand, y ériger un fort, en 1819, qui servait de poste de traite pour le commerce des fourrures et de magasin général. Algonquins, coureurs des bois, marchands, bûcherons, colons et missionnaires s'y rencontraient.

Abandonnées deux plus tard, les installations furent reprises en 1826 par la Compagnie de la Baie d'Hudson qui réorganisait son réseau de traite.

Les installations, qui avaient été vendues en 1874, furent acquises une dizaine d'années plus tard par la famille McSheffrey.

Les premiers maires

Le premier maire du canton d'Egan fut M. Patrick Moore, qui occupa le poste de 1881 jusqu'en 1902. Lui succédèrent ensuite Foster Bennett, j.-Baptiste Carrière, John Moore, David Moore et Frédéric Branchaud.

Après le démembrement, les premiers maires furent James Millar, David Courtney et Steven McSheffrey. En 1931, William P. McConnery, l'ancêtre des McConnery de Maniwaki, débuta le premier de ses trois mandats qui totalisèrent 15 ans dans les fonctions de maire.

Il fut remplacé en 1954 par Albert Bernatchez, qui demeura en poste pendant 25 ans, soit le terme le plus long de toute l'histoire de la municipalité.

Son successeur, René-Guy Moreau, demeura également en poste durant une très longue période, soit 18 ans, de 1979 à 1997.

Une municipalité sans taxes

Egan-Sud est l'une des rares municipalités qui, à une certaine époque, subsistait sans prélever aucun impôt foncier.

Le maire Albert Bertnatchez avait aboli les taxes municipales, dans les années 1970, la municipalité n'en ayant pas besoin pour couvrir ses dépenses. Le montant que la municipalité aurait eu à percevoir était moins élevé que le coût du timbre pour l'envoi du compte de taxes.

Egan-Sud, où plusieurs commerces importants étaient installés, tirait alors la majorité de ses revenus du versement d'une partie de la taxe de vente provinciale (le quart des 8 % alors perçus par Québec).

Ces versements ont cessé lors de la réforme de la fiscalité municipale, en 1979, mais Egan-Sud, qui jouissait alors d'importants surplus, n'a rétabli la taxation foncière que deux années plus tard.

Références :

  • MRC de La Vallée-de-la-Gatineau
  • Maniwaki et la Vallée de la Gatineau, Anastase Roy, 1933
  • Une rivière qui vient du nord, Louis-André Hubert, 2001
  • Journal le Droit, Michel Gauthier
  • Commission de toponymie du Québec

Copyright © Sogercom.com